rubon12 99180 adhesions v2

facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

QUELQUES EXEMPLES DE MOTOS INTERDITES
A PARTIR DE 1er JUILLET 2019

 moto interdite

[ Source : Moo Journal Numéro 2254 version papier du 25 avril 2019 ]


A partir du 1er juillet 2019, il vous sera interdit de circuler du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h, avec votre moto d'avant 2004 à Paris intra-muros et avec votre moto d'avant 2000 dans certaines communes de la région parisienne ! Une mesure socialement injuste et écologiquement discutable, qui n’est qu’une étape avant la possible généralisation à d’autres métropoles.

 

zone a faible emission

 critair paris

Depuis quelques jours, tous les panneaux d'affichage du périphérique parisien font passer ce message.
Au moins, c'est clair, à défaut d'être juste socialement.

Dérogations et Amendes

 Les dérogations

  • Véhicules d'intérêt général (police , gendarmerie, douanes, pompiers, etc...)
  • Véhicules du ministères de la Défense
  • Véhicules des associations agréées de sécurités civile
  • Véhicules des professionels effectuants des opérations de déménagement
  •  Véhicules d'approvisionnement des marchés parisiens
  • Véhicules frigorifiques et camions citernes
  • convois exceptionnels
  • Véhicules ayant une carte grise de collection
  • véhicules de plus de 30 ans dans le cadre d'une activité commerciale à caractère touristique
  • Véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées

 

 Les amendes

Pour les 2-roues et voitures, une amende de 3ème classe de 68€ et prévue dans les cas suivants:

  • Circulation en violation des restrictions d'une ZFE
  • Absence de vignette Crit'Air dans une ZFE
  • Stationnement dans une ZFE sans vignette Crit'Air
  • VIgnette Crit'Air ne correspondant pas au véhicule
 

A partir du 1° juillet 2019, fini les motos d'avant juillet 2004 dans Paris, et plus de moto d'avant juin 2000 à l'intérieur de l'A86, l'espèce de super-périphérique qui ceinture au loin la capitale ! Non, ce n'est pas Un poisson d'avril. Et ce n'est qu'une étape dans l'éradication de tous les véhicules thermiques dans les grosses métropoles françaises d'ici à 2030, dans à peine 11 ans!

 

 

ACRONYMES ET RESTRICTIONS

 

Mais revenons à l'imminente réalité parisienne. Peut-être Vous rappelezVous les acronymes ZCR, pour Zone de circulation restreinte, ou Zapa, Zone d'action prioritaire pour l'air ;
ils ne sont aujourd'hui plus d'actualité.
On utilise désormais l'appellation européenne ZFE, Zone à faibles émissions (LEZ, en anglais), mais, concrètement, c'est la même chose : une zone urbaine délimitée où la circulation est restreinte dans le but de limiter la pollution atmosphérique locale.
Or, la Ville de Paris possède déjà une telle ZFE, en activité depuis le 1° juillet 2017. Aujourd'hui, du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h, vous n'avez pas le droit de circuler intra-muros
- mais Vous avez le droit de prendre le périphérique, qui marque la délimitation Paris-communes de banlieue - si vous utilisez un véhicule qui possède une vignette Crit'Air 5 ou pas de vignette Crit'Air du tout.
Pour la moto, sont concernées les machines produites avant le 31 mai 2000. Toujours aujourd'hui, si la police Vous contrôle pour non-respect de cette restriction de circulation, Vous écopez d'une amende de troisième classe (68 €), non assortie d'un retrait de point.
Demain, c'est-à-dire le 1° juillet 2019, cette même restriction de circulation s'étendra du périphérique à l'A86.
Et, dans le même temps, intra-muros, l'interdiction concernera en plus les vignettes Crit'Air 4, soit toutes les motos produites avant le 30 juin 2004 !

 

critair paris

 

 

 

 

 

 

 

NOBLE CAUSE


Voilà le contour de ce qui attend les motards franciliens - et ceux de passage, ne l'oublions pas - dès cet été.
De quoi énerver et perdre de vue la noble cause à l'origine de toutes ces restrictions. |! s'agit en effet de lutter contre la pollution, thématique qui met à peu près tout le monde d'accord, à l'exception de quelques inconscients ou sceptiques. Certes, les véhicules thermiques ne sont pas la seule cause du problème, et tous ne sont pas à mettre dans le même sac ; mais ils représentent une part importante de la pollution atmosphérique. Certes, on peut s'interroger sur le chiffre de 48 000 décès prématurés par an en France qui seraient liés à la pollution (selon Santé Publique France, en 2016), mais les conséquences sanitaires de la pollution, même sans parler de décès, sont indiscutables. Toutes les études vont dans le même sens.

Le vrai problème n'est pas de savoir si la lutte contre la pollution est légitime, mais comment on s'y prend pour y arriver de façon égalitaire, en tenant compte de toutes les situations, sans faire la morale ni culpabiliser les gens.

 

 Le calendrier des interdictions d'içi 2030... et plus

 

Dans Paris (à l'intérieur du périphérique , périphérique exclu)

 

Depuis le 1° juillet 2017
Interdiction des Crit'Air 5 et non classés
Seules les motos immatriculées après le 1° juin 2000 sont autorisées

 

crit01

 

A partir du 1° juillet 2019
Interdiction des Crit'Air 4, 5 et non classés
Seules les motos immatriculées après le 1° juillet 2004 sont autorisées (Euro 2 et plus).

 

crit02

 

 

Dans la Métropole du Grand Paris (à l’intérieur de l’A86, A86 exclue)

A partir du 1°" juillet 2019
Interdiction des Crit’Air 5 et non classés
Seules les motos immatriculées après 1° juin 2000 sont autorisées. 

crit01

 

A partir de janvier 2021
Interdiction des Crit'Air 4, 5 et non classés
Seules les motos immatriculées après le 1°" juillet 2004 sont autorisées (Euro 2 et plus).

crit02

 

 Dans la Métropole du Grand Paris et la ville de Paris (à l’intérieur de l’A86, A86 exclue)

 

A partir de 2022
interdiction des Crit'Air 3, 4, 5 et non classés Seules les motos immatriculées après le 1er janvier 2007 sont autorisées (Euro 3 et plus)
crit03
A partir de 2024
Interdiction des Crit'Air 2, 3, 4, 5 et non classés Seules les motos immatriculées après le 1er janvier 2017 sont autorisées (Euro 4 et plus).
crit04
A partir de 2030
Interdiction des Crit'Air 1, 2, 3, 4,5 et non classés, donc des véhicules thermiques (en clair : toutes les motos thermiques sont interdites).

 crit05

 

 

Respectueuse des citoyens, tout simplement. Or, la feuille de route prévue par la Métropole du Grand Paris (lire l'encadré ci-dessus) est une pilule dure à avaler, particulièrement en cette période de tensions sociales.

ELECTRICITE
Assez de jus ?

 


Comme le rappelle Jean-Marc Belotti, coordinateur de la Fédération française des motards en colère Paris et Petite Couronne, logiquement très impliquée dans la lutte contre la mise en place de la ZFE, « les plus vieux véhicules appartiennent à ceux qui ont le moins de moyens pour les remplacer. Motos ou voitures, c'est une mesure profondément injuste d’un point de vue social. > Une injustice qui, ajoute-t-il, « pousse déjà certains maires à refuser l'idée d'intégrer la ZFE en juillet > - en leur temps, des maires s'étaient déja opposés aux Zapa et ZCR. A la suite d'une consultation publique au sein de sa ville qui doit avoir lieu dans le courant du mois d'avril, chaque maire se réserve en effet le droit de signer ou pas en juin l'arrêté pour intégrer la ville à la ZFE.


Cette zone pourrait ainsi prendre des airs de gruyère, avec des endroits où les restrictions de circulation sont en vigueur et d’autres où elles ne le sont pas ! « I! y a aussi des chances que le projet prenne du retard, comme ce fut le cas lors de la mise en place de la ZFE de la ville de Paris en 2016, reportée à 2017 >», précise Jean-Marc Belotti.
Peut-être, mais, sinon, la ZFE, c'est dans moins de deux mois et demi !

 

 

controle antipolution

 1. Contrôle antipollution sur un boulevard parisien. Le système de vignettes Crit'Air va "faciliter" les contrôles, surtout s'il est, un jour, couplé à une identification par caméras (photo page suivante en bas à gauche) !

2. Les vignettes Crit'Air expliquées par le menu.
De prime abord, ça fait un peu usine à gaz...
La vignette Crit'Air 5 n'apparaît pas ici, qui concerne les motos pas soumises à une norme.
 tableau

 question didier renoux

 On parle beaucoup de Paris, mais les ZFE concernent tout le monde au niveau national, non ?

Bien sûr, la loi Royal {sur la transition énergétique], votée en 2015 au niveau national, permet, entre autres, la mise en place de mesures de restriction de la circulation. C'est cette loi qui permet à chaque grande métropole française de définir des projets de ZFE. Chaque maire conserve le pouvoir de décision dans sa commune, même si les métropoles aimeraient récupérer ce pouvoir. Mais le vrai souci pour les maires reste la pression financière de l'Europe, qui leur fait payer des amendes S'ils n'engagent pas des mesures pour réduire le niveau de pollution dans leur ville.


Donc, prochainement, on risque de voir d'autres grandes métropoles françaises mettre en place des mesures de restrictions aussi drastiques qu'à Paris et sa banlieue proche ?

Pas aussi drastiques, pour le moment en tout cas. Paris reste une exception qui se permet de faire passer des mesures très viriles parce qu'elles touchent beaucoup de banlieusards et qu'elles satisfont les habitants de Paris, c'est-à-dire les électeurs. La Métropole du Grand Paris suit cette logique, même si certains maires ne sont clairement pas de cet avis et ont annoncé ne pas vouloir signer pour intégrer la ZFE du Grand Paris en juillet 2019. On va donc se retrouver avec une zone alternant interdictions et permissions qui impliquera des slaloms aberrants pour beaucoup de monde !

A condition que chacun respecte la ZFE mise en place. Or, pour l'instant, on ne ressent pas beaucoup d'inquiétude de la part des motards, ni même des autres usagers de la route !

C'est vrai, mais comment s'inquiéter de quelque chose qui ne nous embête pas concrètement ? Car, aujourd'hui, les contrôles sont peu nombreux et beaucoup de gens roulent toujours dans Paris alors qu'ils n'en ont pas le droit, sans être emmerdés. Patrick Ollier, le président de la métropole du Grand Paris, aurait même annoncé qu'il n'y aurait pas vraiment de sanction les deux premières années. Mon avis personnel, c'est qu'il s'agit d'une stratégie insidieuse pour mettre en place les ZFE sans alerter personne et pour serrer la vis par la Suite. Car, ce qui nous pend au nez, c'est le contrôle automatisé par vidéo, et la, il n'y aura plus d'échappatoire...

"Un startégie insidieuse"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

DANGEREUSE INDIFFÉRENCE ?cam surveillance


Les nouvelles restrictions de circulation ont beau être injustes et, surtout, imminentes, elles ne soulèvent pas vraiment l'indignation générale. Lors de la dernière manifestation à ce sujet organisée le 30 mars par la FFMC Paris et Petite Couronne, seulement un millier de motards ont répondu à l'appel. La FFMC parle pourtant de 118 000 véhicules concernés dans le Grand Paris (pas seulement les motos), et jusqu'à 317 000 véhicules impactés dans la grande couronne si on considère qu'ils sont amenés à franchir l'A86 !

Pourquoi une telle indifférence des usagers ? Elle est certainement liée au peu de communication, peut-être aussi à Un épuisement lié à des luttes sociales plus générales à travers le mouvement des gilets jaunes qui a débuté à la mi-novembre 2018. Ou encore, au nombre toujours assez faible de motards concernés par cette seconde vague de restrictions au 1° juillet 2019.
Mais il y a aussi, à n’en pas douter, le sentiment de ne pas risquer grand-chose à l'heure actuelle. « De toute façon, pas le choix, je continuerai à rouler au risque de me faire choper >> est le discours dominant aujourd'hui, justifié par le peu de sanctions réelles. Bien sûr, en 2018, il y a eu dans Paris une à vague de verbalisations pour le stationnement de véhicules n'ayant pas de vignette Crit'Air; mais, il faut bien l'avouer, les contrôles pour circulation avec une vignette non autorisée ne sont pas encore très fréquents. Sauf que ça pourrait changer, suivez notre regard. Ou, plutôt, celui des caméras !

 


ICI ET AILLEURS

En Europe, pas moins de 12 pays possèdent un ensemble de 227 ZFE (chiffres de septembre 2017). Et, pour se faire respecter, un bon nombre d'entre elles font appel à la vidéosurveillance. Par exemple, en Belgique, à Londres, à Milan, aux Pays-Bas et, c'est en projet, à Lisbonne.
Or, à Paris, des caméras, il y en a d'ores et déjà plus de mille. Et comme la liste des infractions sanctionnées par la vidéo peut être établie et modifiée par simple décret, rien n'empêche de les Utiliser demain pour sanctionner les mauvaises vignettes ou leur absence.
Mais la mairie de Paris ne s'inspire pas des voisins européens pour tout. I faut ainsi noter qu'en Europe, une grande partie des ZFE existantes ne ciblent que les poids lourds, bus et autocars. Et si certaines ZFE européennes n'épargnent aucun type de véhicule, d’autres font grâce tout particulièrement aux 2-roues motorisés. C'est le cas en Allemagne, en Belgique et, depuis l'an dernier, en Suède, pays initiateur de la première ZFE européenne en 1996.
Pourquoi cette attitude vis-à-vis des 2-roues ? « Parce qu'ils sont une partie _de la solution aux problèmes d'engorgements urbains et, donc, à la pollution de l'air urbaine >», explique depuis longtemps Jean-Marc Belotti aux responsables français.
Une évidence pour nous qui roulons au quotidien à moto sans rester coincés de longues minutes dans les bouchons.

 

LES QUESTIONS QUI FÂCHENT

 

Paris par-ci, Paris par-là.. Vous vous en cognez peut-être, VOUS qui n'habitez pas la capitale ? Mais vous n'êtes pas à l'abri du même traitement, car si Paris et sa proche banlieue sont les premiers à dégainer, quinze autres métropoles françaises se sont engagées à mettre en place leurs ZFE avant 2021 (ci-dessus la carte des futures ZFE en France). On le répète, la pollution atmosphérique est un problème majeur qui doit être traité. Mais le remède de cheval proposé ne permet pas aux plus “faibles” de résister. Les effets secondaires sont nombreux et posent beaucoup de questions d'ordre social, écologique, énergétique et économique. Par exemple (la liste n'est pas exhaustive), renouveler, donc déconstruire un parc encore roulant, n'est-il pas une aberration écologique ? Le tout-électrique visé par Paris pour 2030 est-il une solution viable ? Se contente-t-il de déplacer la pollution - on pense à l'alimentation des voitures, la production des batteries et l'extraction des minerais nécessaires ? Quelles ressources énergétiques seront nécessaires pour alimenter un parc électrique en croissance forte ? Quid de l'économie du marché de l'occasion et de ses acteurs, etc. ? Autant de réponses pour la plupart encore en suspens.

 

paris moto une solution  1. Compte tenu des difficultés grandissantes de circulation dans Paris et en région parisienne (c'est un euphémisme !), les 2-roues motorisés sont une vraie solution.
Pas pour tous les édiles locaux, apparemment.
2. Le marché de l'occasion devrait mécaniquement être impacté. Mais dans quelles proportions, là est la question. moto vente occassion

 

 

 QUELLES CONSEQUENCES SUR L'OCCASSION ?

Nous avons pris la température de nombreux concessionnaires parisiens (Paris et banlieue proche) pour avoir leur ressenti sur les prochaines restrictions de circulation. Beaucoup ne se sentent pas encore concernés lorsqu'ils vendent des motos neuves et qu'ils reprennent des motos relativement récentes. D'autres doutent de l'application réelle des restrictions progressives de circulation, et certains s'inquiètent franchement de la situation.

 vincent creuset

 Vincent Creuzet, de Yamaha 4-en-1 (Paris 10°)

"On peut crinade de nouvelles pertes économiques"

"Déja, en 2017, six mois avant la mise en place des premières restrictions dans Paris, on a pris de mesures pour ne plus reprendre des motos qui allaient être interdites, et donc invendables. Et, peu de temps avant l'application en juillet 2017, toutes les personnes qui venaient  voir des motos d'occasion voulaient savoir quelle vignette Crit Air possédait la moto et combien de temps elle allait être autorisée. Les gens se projetaient vraiment pour ne pas avoir à changer de moto trop rapidement.
De notre côté. on a même eu quelques couacs de ventes de motos dont on pensait qu'elles allaient être autorisées et qui ne l'étaient finalement pas, annulation de la vente à la clé. On a donc été très prudents par la suite, ce qui nous a fait perdre sur l'année une centaine de motos, en passant de 700 ventes régulièrement à 600 à peine. Aujourd'hui, on ne nous parle pas encore trop de la deuxième vague de restrictions qui arrive, mais l'étau se resserre et on peut craindre de nouvelles pertes économiques. D'autant qu'on perd aussi quelques ventes de motos neuves sur les reprises qu'on ne peut plus faire. Les particuliers Se débrouillent donc sur des sites d'annonce pour se débarrasser de leur moto interdite, notamment vers des zones non urbaines qui ne sont pas impactées par les restrictions. »

 

 stephane addadjStéphane Haddadj, Directeur de Hoinda National Motos ( La Garenne-Colomb, 92)
"Les gens n'ont pas encore conscience [ du poroblème]"

 < C'est vrai qu'aujourd'hui il y a plus de personnes qui viennent renouveler leurs véhicules, notamment des Honda dont on connaît la fiabilité et qui ne sont plus autorisées à rouler à Paris malgré un bon état général. Quand on récupère ces vieux  véhicules qui ne sont plus autorisés, on les recycle auprès d'épavistes puisqu'il n'y a plus de marché. C'est dommage, bien sûr.
alors quand on reprend des exemplaires très propres, on les remet quand même en annonce pour voir S'ils intéressent des gens en province. Mais à Paris, les motos très propres sont assez rares... Cela étant dit, en Ce qui nous concerne, ça reste une très petite part de nos reprises aujourd'hui. Et si on se projette plus loin avec des restrictions encore plus strictes qui toucheront plus de monde.
les gens n'en n'ont pas encore conscience.
Et puis, on voit tellement de lois qui sont annoncées, décalées ou annulées, que je pense que les gens attendront probablement le dernier moment. De notre côté. on n'a rien à faire, si ce n'est, peu de temps avant chaque nouvelle restriction, ne plus reprendre les véhicules amenés à être interdits. >