facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

Rappel des dates :

    • Le samedi 8 juin midi - Réunion publique au Relais Saint-lô "Au Pourquoi pas
    • Le Dimanche 23 juin 2019 - Balade pour rejoindre l'exposition des "Vieux Pistons" à Saint-Pierre Eglise (organisation en cours)
    • Le Lundi 24 juin 2019 à 19h30 - Réunion bi-mensuelle
    • Le Vendredi 28 juin 2019 soir,  Repas pour les adhérents Maison Rouge à Fermanville
    • Le Samedi 13 juillet 2019 midi, Barbecue "Au Bounty" (Tourlaville) (organisation en cours, peut-être balade le matin, @ voir)
    • Le dimanche 21 juillet 2019, organisation en cours d'une "balade par le Relai-Saint-lô"
      Le Samedi 21 septembre 2019 - 4ème journée Prévention Routière à Northeim

 

Rappel des actions menées par le bureau (mode sous-marin):

  • Le Samedi 15 juin 2019 - Baptêmes en side-car et motos pour les enfants des "Mouettes" : (Merci à Thor pour son implication)
  • Réunion d'organisation avec tous les acteurs pour Northeim, le Lundi 17 juin 2019
Awacs FFMC
Page Facebook regroupant les actions de chaque antenne FFMC
Liberté de manifester : la FFMC ne lâche rien !
Répression des manifestations, la FFMC s’oppose à un retour de l’État d’urgence
Travail d'équipe en cours
Plusieurs membres de la FFMC50 travaillent pour la réussite des premiers ERJ ( Eduction Routière de la Jeunesse) dans la région. Des informations viendront prochainement , on les posera dans la rubriques dédiée
[France 2 - Envoyé spécial] 80 km/h, la sortie de route ?
En septembre, la mise en place de radars nouvelle génération, capables de flasher 126 véhicules en même temps en Haute-Loire, a déclenché une polémique....
[ à «La maison rouge» ] Repas le 28 juin 2019 pour les adhérentes et les adhérents FFMC50

[ Source : Presse de la Manche ]

Contre l'abaissement généralisé de la vitesse à 80 km/h sur le réseau routier secondaire, un nouveau mouvement de motards a eu lieu samedi 10 février, entre Cherbourg et Caen.

FFMC50 01 854x641

Samedi 10 février, les motards de la Manche se sont une nouvelle fois mobilisés et se sont joints à la manifestation organisée à Caen (Calvados) pour protester contre le projet d’abaissement généralisé de la vitesse maximum sur le réseau routier secondaire de 90 à 80 km/h.

Après un premier « déplacement à allure réduite » entre Cherbourg et Saint-Lô, le 27 janvier, puis d’autres mouvements à Paris et en Province, et malgré un entretien avec le sous-préfet de la Manche le 31 janvier 2018, l’antenne départementale de la fédération française des motards en colère dans la Manche (FFMC 50) appelait à nouveau à se mobiliser.

Rendez-vous était donné à la sortie de Cherbourg-en-Cotentin, à 9 heures, pour s’élancer en moto mais aussi en voiture sur la RN13 en direction de Caen, avec deux escales, à hauteur de Cantepie et de Bayeux.

Plus de 200 motards

Ce nouveau déplacement à allure réduite, à 80 voire 70 km/h, a fait son effet et provoqué de nombreux ralentissements et bouchons. Les motards de la Manche ont rejoint à ce rythme ceux de Caen, où le périphérique a finalement été fermé. Paul Davy est l’un des représentants de la FFMC 50 :

On est partis à 150 motos à peu près, et une quarantaine de voitures. On a pris la route comme prévu, escortés par des motards de la police qui clôturaient le cortège. Sans que le convoi s’arrête, les nouveaux arrivants s’intégraient là où on avait laissé de l’espace pour qu’ils nous rejoignent.

Conjuguée aux radars privatisés

A Cantepie, une centaine d’autres motards sont ainsi entrés dans le convoi en direction de Caen. Les usagers de la route croisés en chemin, notamment au moment des pauses, avaient des avis partagés. Selon Paul Davy, ils étaient plutôt solidaires de la démarche :

Notre but n’était pas d’ennuyer les gens, mais d’être visible et de faire comprendre pourquoi on était là. On a pris le temps de discuter et d’expliquer l’hécatombe à laquelle va conduire à long terme l’abaissement généralisé de 90 à 80, conjugué à l’octroi à des sociétés privées des radars en voiture banalisée. Les pouvoirs publics ne mesurent pas les conséquences de ces deux mesures associées.