rubon12 99180 adhesions v2

Recherche libre

[ Source : Courrier Picard ]

B9714944341Z.1 20180303191813 000GCEAQNKRS.3 0

Difficile de dire combien ils étaient au juste. «Mille motos» au moins, comme l‘affument les organisateurs ?


Certitude, la démonstration de force annoncée par la fédération des motards en colère (FFMC) à bien eu lieu samedi à Amiens, envahi le temps d'un après-midi par plusieurs centaines de « gros cubes ». Un impressionnant cortège sur fond de klaxon et de coups d‘accélérateur rageurs, qui aura produit sur son passage des embarras de circulation impressionnants. Le tout pour manifester une opposition farouche à la généralisation du 80 km/h sur les routes secondaires

« DES ACTIONS SPECTACULAIRES »

16 heures. centre-ville. Après avoir bloqué un temps les accès sud. le cortège fait relâche devant le palais de justice. Au micro, Philippe Leduncq. président de la FFMC 80: «Symboliquement. nous nous retrouvons ici. devant le palais de jusrice, parce que c‘est là que nous viendrons demain pleurer pour qu'on nous laisse notre permis. Et c'est là aussi que çaflnira si le gouvernement refuse de nous écouter, parce que dès le mois prochain nous allons passer à de nouvelles formes d‘action autrement plus spectacu

 

L'odeur de poudre des pétards et des fusées d'artifice se mêle à celle des gaz d'échappement... Deux casques en flamme atterrissent dans la cour pavée du palais de justice sous les vivats de la foule. Sur le trottoir d'en face, Éric, la cinquantaine. est venu de Crépy-enValois dans l'Oise. «Les 80km/h, c‘est une vaste fumisterie, Un truc pour remplir les caisses de l‘État et certainement pas pour assurer la sécurité des usagers sur la mule.

 

« 80 km/h, ce sera source de distraction pour les automobilistes »

 

Un peu plus loin, Christophe Bazin, assis sur une moto depuis 15 ans, est lui aussi persuadé que la mesure n'a d‘autre préoccupation que financière: «A 80 km/m. les gens vont se sentir en sécurité. Ce sera source de distraction. les automobilistes hésitemnt mains à regarder leur téléphone.]e redoute une multiplication des collisions frontales... . » Jeanne-Marie, sa passagère, note qu'à 80 km/h les motos comme les voitures se retrouveront à la même vitesse que les poids lourds. Sans réserve pour doubler. Persuadé qu‘il reste de l'espace pour obtenir le retrait de la mesure, Christophe Bazin a participé à l‘enquête lancée par le Sénat qui réclame en vain jusqu'ici les résultats de l'expérimentation menée sur quelques portions de routes. Façon de rappeler que le combat des motards passe aussi par les hommes politiques. Et les autres usagers de la route: «Pour l'instant, nous sommes seuls à nous mobiliser. déplore Philippe Leduncq. Ce qui ne veut pas dire que les autres approuvent. Nous avons déjà avec nous quelques automobilistes. Il faudra que d‘autres nous rejoignent... » Cette convergence  ou non  des luttes sera un élément clé pour l‘avenir de la mesure. Reste à vérifier si les automobilistes seront prêts à quitter l'ambiance feutrée de leur habitacle pour rejoindre dans la rue une famille « motards » à l'esprit de corps plus affirmé. En attendant, la FFMC promet des actions de nature à médiatiser son combat..