- Le Labo
   La stratégie du net
(Portail en cours de réoganisation)

facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

A chaud :

Pourquoi la FFMC 50 n’appelle pas à manifester le 17 novembre 2018
Visiblement, depuis la diffusion de l'article sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup plus de contestation que de lecture de l'article ... .
Pour le anti-ffmc, voici quelques articles intéressants :
https://goo.gl/wxyGg9
https://goo.gl/Z1N33A
https://goo.gl/rYdAKP

Rappel des actions à venir :

  • Le vendredi 14 aout 2019 : repas à "la maison rouge"
  • Le lundi 7 janvier 2019 : prochaine réunion bi-mensuelle (ouvert à tous)
  • Le vendredi 18 janvier 2019: Assemblée Générale FFMC 50 à 20h30, salle des Fêtes de Cherbourg (centre ville)

 

 

Article important dans le dernier Moto Magazine : La démarche de la FFMC pour faire porter un projet de loi concernant la destination de l’argent récolté via les radars, avec un slogan : «Rendez-nous notre argent !»
Travail d'équipe en cours
Plusieurs membres de la FFMC50 travaillent pour la réussite des premiers ERJ ( Eduction Routière de la Jeunesse) dans la région. Des informations viendront prochainement , on les posera dans la rubriques dédiée
Pourquoi la FFMC 50 n’appelle pas à manifester le 17 novembre 2018
Awacs FFMC
Page Facebook regroupant les actions de chaque antenne FFMC
Tout ce qui touche la mobilité, nous concerne.
Nous sommes sur le terrain depuis plus de 35 ans et nous y serons encore et encore ....
(c’est long à lire!!!) Précisions, explications, pourquoi PPC ne participera pas à la journée du 17 novembre 2018.
[ Source : Jean-Marc BELOTTI, Coordinateur FFMC Paris et Petite Couronne, depuis Facebook de FFMC PPC ]

[ Source : Le repaire des Motards ]

manifestation nationale ffmc 80 kmh

Depuis début février, la FFMC a organisé de nombreuses manifestations locales, avec des manifs quasiment chaque week-end contre les 80 km/h. A force de tirer sur la corde, ce qui devait arriver arrivera, la Fédération Française des Motards en Colère vient d'appeler les motards ainsi que l'ensemble des usagers de la route pour une grande manifestation nationale contre l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire.

 

Depuis la présentation de cette mesure par le Comité Interministériel de la Sécurité Routière, une forte opposition s'est dressée par le biais des usagers, des associations qui les défendent, mais aussi par les Parlementaires. Et alors que le Sénat poursuit son étude en auditionnant les différents acteurs sur ce dossier, le gouvernement a lancé une vaste campagne de communication, affirmant qu'il maintiendrait la mesure sans en changer la moindre ligne.

 

Pour la rupture, c'est fait : pour les usagers de la route, des élus locaux et de nombreux parlementaires, la pilule que le Dr Philippe veut nous faire avaler de force ne passe pas.

Et il persiste et signe : au lendemain de l'audition par le Sénat des représentants des usagers de la route dont la FFMC, la FFM et 40 millions d'automobilistes, le porte-parole de l'Elysée affirme que la mesure sera mise en place comme prévu au 1er juillet. Alors que le rapport des sénateurs est attendu pour la fin du mois... encore une fois, l'avis des usagers et celui des élus de la République, le gouvernement et le Président n'en ont cure.

Une situation qui devient de plus en plus pesante, car, en plus de ce renforcement constant de la répression routière, les mesures polémiques se multiplient :

Avec la baisse des moyens pour les associations et les collectivités régionales, les fermetures de centres de secours et des services d'urgence dans les territoires déjà isolés, la « mise en concurrence » des petites lignes ferroviaires qualifiées de non-rentables qui va entrainer leur disparition (moins de trains de proximité = plus de voitures sur le réseau secondaire), l'ubérisation des écoles de conduite et la baisse liée de la qualité de l'enseignement de la conduite, toujours plus de téléphonie et d'écrans connectés dans les véhicules, les autoroutes hors de prix (le réseau le plus sûr !), sans oublier l'abandon de l'entretien des routes, précisément celles concernées par cette baisse des vitesses décrétée sans concertation, la rupture est en effet certaine pour les usagers de la route au bord du burn-out !

Encore une fois, la FFMC déplore que la politique de Sécurité routière ne s'attaque qu'aux conséquences des accidents, mais pas à leur cause, notamment au niveau des infrastructures et du réseau routier de moins en moins entretenu et qui se détériore. Ainsi, alors que les mouvements de contestations se poursuivent chaque semaine pour les 86 antennes départementales, l'association prend rendez-vous les 14 et 15 avril prochain pour un grand rassemblement national.

Plus d'infos sur les manifestations