adhesions v2

facebook1234Forum sur le groupe FFMC50

twitter1234Fil d'actualité sur @ffmc50

 

Une soirée débat à Saint-Lô sur le thème : La FFMC50 a été invité Lundi par le député Philippe Gosselin.
La réunion est publique , Venez Nombreux, on sera Plus Fort ...

 

Jeudi 28 novembre 2019, à 20 h 30, à Saint-Lô, dans la salle de conférences de La Source, place du Champ-de-Mars.
Entrée libre.

 

Vous retrouverez la rétrospective sur les combats contre les 80 km/h et retour au 90 km/h : https://ffmc50.page.link/retour_au_90

Pour rappel :

 

 

Le député Philippe Gosselin met le feu à l’Assemblée nationale

[ Source : La Presse de la Manche ]

Après une prise de parole de la Garde des sceaux en réponse au député Philippe Gosselin, l'ensemble des parlementaires de l'opposition a quitté, mercredi 21 mars 2018, l'hémicycle. 

Assemblée nationale sur Twitter .phgosselin LR interpelle le Gvt sur lavenir du droit damendement dans la réforme des instit 854x548L’intervention du député manchois Philippe Gosselin a été remarquée, mercredi 21 mars 2018, à l’Assemblée nationale.

La séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale a été plus que tendue, mercredi 21 mars 2018.

 

C’est le député de la Manche, Philippe Gosselin, qui en a été l’animateur principal.

L’élu manchois est intervenu dans le cadre de la réforme constitutionnelle. Petit florilège de son discours : 

 

Ce n’est pas à l’exécutif de choisir ses opposants, de dire qui sont les bons ou les moins bons. La démocratie, c’est aussi le respect des minorités.

Vous allez priver les parlementaires d’un droit d’expression ! Nous ne pouvons pas accepter que l’opposition soit muselée, sauf à considérer qu’un bon opposant est un opposant muet bâillonné !

Les oppositions sont forcément diverses. Mais dans une démocratie digne de ce nom, la majorité et l’exécutif doivent les respecter.

Un peuple libre, c’est aussi une opposition libre de s’exprimer !

A la suite de cette intervention, c’est la Garde des sceaux Nicole Belloubet qui s’est exprimée.

Une prise de parole qui a provoqué un tollé dans les rangs de l’opposition et le départ de l’ensemble de l’opposition de l’hémicycle peu satisfaite par la réponse de la ministre de la Justice.

 

 



Manche. Un débat sur les 80 km/h à Saint-Lô

P21716735D3912648G px 640

[ Source : cherbourg.maville.com )

Les parlementaires Les Républicains, Philippe Bas et Philippe Gosselin, organisent une conférence sur le passage des routes secondaires à 80 km/h, jeudi 28 novembre 2019 à Saint-Lô.

 

Depuis le 1er juillet 2018, la vitesse est limitée à 80 km/h sur les routes secondaires. Cette mesure gouvernementale en faveur de la sécurité routière a agité le débat entre usagers de la route, élus ou associations de prévention routière. « Un an après, où en sommes-nous ? », c’est le thème de la conférence-débat organisée à Saint-Lô, jeudi 28 novembre.

Cette rencontre animée par le sénateur Les Républicains (LR), Philippe Bas, et le député LR, Philippe Gosselin, se déroulera en présence de Michel Raison, sénateur LR et co-rapporteur du rapport d’information intitulé « Sécurité routière : mieux cibler pour plus d’efficacité ».

 

Jeudi 28 novembre 2019, à 20 h 30, à Saint-Lô, dans la salle de conférences de La Source, place du Champ-de-Mars. Entrée libre.



Sécurité routière : mieux cibler pour plus d'efficacité


Rapport d'information de M. Michel RAISON, Mme Michèle VULLIEN et M. Jean-Luc FICHET, fait au nom de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable et de la commission des lois . n° 436 (2017-2018) - 18 avril 2018

Le 9 janvier 2018, le Gouvernement a annoncé un plan comportant dix-huit mesures pour lutter contre l'insécurité routière.

Parmi ces mesures, l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparateur central, à compter du 1er juillet 2018, a suscité de nombreuses inquiétudes et incompréhensions.

Afin d'évaluer l'utilité et l'efficacité de cette mesure, la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable et la commission des lois du Sénat ont créé, le 24 janvier 2018, un groupe de travail conjoint relatif à la sécurité routière.

Après avoir procédé à de nombreuses auditions et ouvert un espace participatif sur le site Internet du Sénat, qui lui a permis de recueillir plus de 23 000 contributions, le groupe de travail souligne la nécessité de donner une nouvelle impulsion à la politique de sécurité routière.

Il déplore toutefois la méthode précipitée retenue par le Gouvernement, le manque de concertation préalable à sa décision de limiter à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur certaines routes, ainsi que les faux-semblants du bilan de l'expérimentation menée sur trois tronçons entre 2015 et 2017.

Plutôt que d'appliquer la réduction de vitesse de manière uniforme, il propose qu'elle soit décentralisée au niveau des départements, afin de l'adapter aux réalités des territoires, à travers l'organisation de conférences départementales de la sécurité routière associant un large nombre d'acteurs, et ciblée sur les routes accidentogènes.

rapport information